Pour nous lancer à temps dans la course !

Déjà le carême dans 3 jours… Nous pouvons le vivre comme une obligation, un passage obligé dur et rasoir par lequel il nous faut bien passer. « Mais puisque cela nous est demandé… » En réalité, le pape François nous le rappelle dans son message pour 2024, il s’agit d’un temps béni. Bien sûr, comme la préparation d’un exploit sportif, comme un marathon, cela demande des efforts, une exigence mais pour recevoir à la hauteur de ce que nous allons déployer, et même bien plus ! Nous ne sommes pas en effet les seuls maîtres à bord dans cette aventure. L’appui sur la communauté est une dimension importante du carême : ensemble, comme dans un défi sportif, nous pouvons aller plus haut et plus loin. Et, puisque nous faisons tout cela pour nous rapprocher de Dieu, il ne s’agit pas de faire pour Lui sans Lui ! Nos efforts, nos privations et même nos ratés et nos relâchements seront autant d’occasion de Lui laisser la place pour qu’Il agisse en nous, pour comprendre qu’Il est Celui qui fait la part que nous ne pouvons pas faire et sans lequel nous demeurons si limités, et parfois même prisonniers.

« De même qu’Israël dans le désert conserve encore en lui l’Égypte – en fait, il regrette souvent le passé et murmure contre le ciel et contre Moïse – de la même façon, aujourd’hui, le peuple de Dieu garde en lui des liens contraignants qu’il doit choisir d’abandonner. »

« Le Carême est le temps de la grâce durant lequel le désert redevient – comme l’annonce le prophète Osée – le lieu du premier amour (cf. Os 2, 16-17). Dieu éduque son peuple pour qu’il sorte de l’esclavage et expérimente le passage de la mort à la vie. Comme un époux, il nous ramène à lui et murmure à notre cœur des paroles d’amour. »

« Est-ce que je désire un monde nouveau ? Suis-je prêt à me libérer des compromis avec l’ancien ? Le témoignage de nombreux frères évêques et d’un grand nombre d’artisans de paix et de justice me convainc de plus en plus à devoir dénoncer un défaut d’espérance. »

« Il est temps d’agir, et durant le Carême, agir c’est aussi s’arrêter. S’arrêter en prière, pour accueillir la Parole de Dieu, et s’arrêter comme le Samaritain, en présence du frère blessé. »

« L’exode de l’esclavage vers la liberté n’est pas un chemin abstrait. Pour que notre Carême soit aussi concret, la première démarche est de vouloir voir la réalité. »

Alors, pour vivre ce carême, pour fortifier notre espérance, nous vous proposons avec les membres du conseil pastoral de vous lancer et de vous engager dans une démarche communautaire pour nous entraîner ensemble à vivre les 3 piliers de ce temps de grâce : la prière, le jeûne et l’aumône. Inscrivez-vous aux messes de ce dimanche ! Décidons-nous avant le mercredi des cendres pour ne pas rater le départ et pour ainsi gagner déjà une partie de la course !

Enfin, avec la nuit pascale, nuit de la Résurrection en vue, portons dans nos prières et nos actes, Gaël, Gwenaël, Vincent, Léa et Samy, nos 5 catéchumènes qui s’approchent de leur baptême.

Père Ollivier+