Billet du dimanche 16 mai

Encore dix jours

Nous sommes aujourd’hui dans un temps instable, comme un temps suspendu de l’Eglise, en ces dix jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte. Dix jours qui ont dû sembler bien long aux Apôtres. Pendant quarante jours après Pâques, Jésus Ressuscité leur est apparu vivant et leur a parlé du royaume de Dieu (cf . Actes 1,3). L’Eglise naissante a ainsi expérimenté que Jésus Ressuscité vit avec les hommes : il touche, mange, dialogue, aide, pardonne, envoie en mission. La divinité éternelle du Christ, qui était caché durant sa vie mortelle, devient ainsi présente dans les actes du quotidien : repas, travail, conversations. Le temps de Dieu fait irruption dans le temps des hommes et n’en disparaitra plus. L’Ascension que nous avons célébré n’y a rien changé et Jésus maintient sa promesse « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28,20). C’est désormais sa vie tout entière qui est présente auprès des hommes et avec laquelle nous entrons en contact à tout instant : le Christ mangeant, dialoguant, aidant, pardonnant, est présent avec nous chaque fois que nous mangeons, dialoguons, aidons, pardonnons.

Le Christ est même présent en nous, si nous le laissons prendre place dans notre vie. Cette place du Christ dans la vie des Apôtres leur sera donnée définitivement par la descente de l’Esprit Saint, dix jours après l’Ascension, ils recevront en eux le même esprit qui animait Jésus pendant sa vie terrestre pour lui donner la science de connaître la volonté du Père et la force de l’accomplir. Comment vivent-ils cette longue attente de la « Puissance venue d’en haut » ? (Luc 24,49)

Pendant ces dix jours, les Apôtres nous sont dépeints en prière autour de la Vierge Marie (Actes 1,14). La Mère de Jésus, qui a porté le Christ dans ses entrailles dès qu’elle a cru à l’annonce de l’ange, était bien celle qui pouvait soutenir la foi balbutiante de l’Eglise, la fidélité de sa prière pour se disposer à recevoir l’Esprit Saint promis par le Christ. Avec les adultes qui recevront la confirmation à Saint Sulpice à la vigile de Pentecôte, demandons à Dieu de disposer nos cœurs à recevoir son Esprit.

Père Louis-Marie Talon

Menu