Billet du dimanche 23 janvier 2022

« Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un. »
Jn 17,23

Jamais ne nous habituer à la division des chrétiens et au témoignage navrant ainsi offert au monde. Impossible de se réfugier derrière les théologiens confrontant des vues parfois divergentes dans l’ordre de la foi, ni derrière les responsables de communauté invitant à des rencontres fraternelles. Nous sommes en première ligne avec la conscience que toutes nos fautes contre l’unité dans nos familles, nos différents lieux de vie, nos communautés paroissiales, sont blessantes.

La Semaine pour l’unité des chrétiens (du 18 au 25 janvier) prend un accent particulier avec la démarche synodale engagée par notre pape pour renouveler la fraternité baptismale. Comment acceptons-nous d’échanger, de partager la vie paroissiale avec ceux que le Christ nous donne comme frères et sœurs et dont la manière d’être et de penser est en désaccord avec la nôtre ? Comment accueillons-nous la nouveauté et le renouvellement des responsabilités ? Comment l’idéal pèlerin et missionnaire de la Bible rejoint-il notre existence et le discernement de nos communautés ?

Jésus prie pour l’unité des siens, nous montrant le chemin à suivre pour y parvenir.
Que la prière synodale nous accompagne en cette semaine décisive.

Père Christophe+

 

« Nous voici devant Toi, Esprit Saint ;
en Ton Nom, nous sommes réunis. 

Toi notre seul conseiller, viens à nous, 
demeure avec nous, 
daigne habiter nos cœurs.
Enseigne-nous vers quel but nous orienter ; 
montre-nous comment nous devons marcher ensemble.
Nous qui sommes faibles et pécheurs, 
ne permets pas que nous provoquions le désordre.
Fais en sorte que l’ignorance ne nous entraîne pas sur une fausse route, 
ni que la partialité influence nos actes.
Que nous trouvions en Toi notre unité, 
sans nous éloigner du chemin de la vérité et de la justice, 
en avançant ensemble vers la vie éternelle.
Nous te le demandons à Toi, 
qui agis en tout temps et en tout lieu,
dans la communion du Père et du Fils,
pour les siècles des siècles. Amen. »

 

 

 

Menu