‘De la croyance en Jésus Christ’ à ‘la vie de foi en Jésus-Christ’ : l’œuvre de la Parole de Dieu dans le cœur de l’homme

De la croyance en Jésus Christ’          à             ‘la vie de foi en Jésus-Christ’ :
l’œuvre de la Parole de Dieu dans le cœur de l’homme.

Nous aimerions être témoins d’une parole aussi efficace que celle du Christ ! Il appelle à le suivre… et les hommes, laissant tout, deviennent disciples ! D’autres minimiseraient… ‘ils ont dû revenir chercher des choses’… ‘et l’entreprise du père’… de quoi se ‘divertir’ en somme ! Et c’est bien en nous que cette parole fait apparaître cette triple qualité que relève le Pape dans son Motu Proprio pour le dimanche de la Parole que nous vivons :

Ezéchiel le redit : cette Parole est douceur puis amertume dans le cœur, mais pas seulement. Douceur d’être rejoint par la Parole créatrice qui donne vie, soutient en enflamme… Amertume devant le décalage (sinon le péché) par rapport à la vérité que Dieu dévoile dans le cœur de l’homme… Et le Pape rajoute : élan de vie divine (charité) qui fait, nous le voyons aujourd’hui, se mettre à la suite du Sauveur, que ce soit pour vivre avec Lui, pour annoncer la Bonne Nouvelle, ou pour répandre la charité reçue envers autrui.

Il n’y a que la ‘Parole’ pour descendre jusqu’au fond des entrailles, pour y demeurer, et y faire surgir la lumière… Elle est comme une épée tranchante… lumineuse…  Elle est à la fois présence et force… lumière qui réjouit, et feu qui purifie… puissance qui fait agir et force qui fait supporter…

Et l’efficacité de cette Parole nous fait mettre à sa suite. A preuve : « Laissant tout, ils le suivirent »…
. Et selon la manière de suivre du Christ : « laissant tout » !
. C’est vrai pour tout disciple, c’est encore plus vrai pour tout disciple devenant Apôtre.
. C’est passer de la ‘croyance en Jésus’ à la ‘vie de foi en JC qui sauve’ que de se mettre à sa suite, selon son appel et selon ce qu’ il dit ! Le reste, ce serait ‘nos petits arrangements’… nos manières bien terrestres et manquant de foi de ‘traduire à notre manière’ (c’est là le problème) ce que le Seigneur veut nous faire vivre, ce dont il veut nous faire vivre et dont il veut nous faire témoigner ‘à sa manière’ !
Les questions autour du célibat des prêtres ne doivent pas être envisagées à un autre niveau que celui-là ; non aux seuls niveaux de cléricalisme, de partage de fonction ou de tâche, de parité, de ‘manque’ de personnel ou de ‘DRH’… Dieu est-il ou non si puissant ? Et s’il y a des freins, où sont-ils ?

C’est pourquoi se mettre à la suite du Christ, vivre en disciple au sein de notre monde sera toujours, avec douceur et amertume mélangés … jusqu’au jaillissement de la charité divine dans nos cœurs. Ruisselant à travers tous les actes de notre vie quotidienne maintenant transfigurée par Dieu pour celui qui s’y convertit ! En effet, cela ne peut se faire qu’à quiconque s’y livre… non pas à celui qui calcule, ratiocine, tergiverse… et attend un bon argument pour se convertir.

Convertir’ le mot est lâché… et par Jésus-Christ, et dès le début de sa vie publique et de son ministère : « convertissez-vous, le Royaume est proche ». Proche… n’est-ce pas pour que tout homme s’approchant à son tour puisse y entrer ?

P Rémi Griveaux

Menu