Car le Royaume des Cieux est tout proche

Jean le Baptiste surgit dans le désert, avec son air hirsute, sa nourriture étrange, ses paroles rudes. Il nous dérange, comme il a dérangé ses contemporains, et cela fait du bien car il nous interpelle : quand nous sommes endormis par l’impression que l’on nous ressasse toujours le même refrain, voilà que l’attitude tout entière de ce prophète porte son message : hirsute car il se soucie peu de plaire aux hommes par son apparence, ne mangeant pas des mets délicats mais ce que Dieu lui met à disposition dans la création, ne cherchant pas les paroles qui lui feront gagner des amis, mais interpellant ceux qui sont appelé à devenir ou à redevenir amis de Dieu.

Voilà ce qu’est la conversion : il n’est pas question de choses permises ou défendues, mais de restaurer notre amitié avec Dieu, de réparer ce que nous avons blessé en nous chaque fois que nous avons choisi quelque chose du monde créé à la place de Celui qui nous aime infiniment.

Et Jean-Baptiste nous dit « convertissez-vous car le royaume des Cieux est tout proche ». Une erreur serait de le comprendre comme une menace : « dépêchez-vous de tout mettre en ordre dans votre vie car sinon vous allez voir ce que vous allez voir ». En effet le Roi que nous attendons n’est pas un vengeur sanguinaire, mais Dieu fait homme pour nous sauver. Jean-Baptiste nous dit : « c’est le moment de vous convertir, car Dieu vient à vous pour régner en vous, si vous l’accueillez ». Jésus-Christ se fait l’un de nous et se donne à nous pour changer nos cœurs, pour nous donner enfin de pouvoir changer ce que nous sommes incapables de changer par nous-mêmes : mauvaises habitudes, addictions, méchanceté gratuite, péchés qui reviennent et nous font du mal à nous et aux autres.

Le Royaume des Cieux n’est pas à craindre, c’est une Bonne Nouvelle, celle de la victoire définitive contre le mal. Victoire que Dieu met à portée de notre main : à nous de désirer la recevoir. Dès maintenant.

Père Louis-Marie Talon, vicaire

Menu